Review Manga – Tant que nous serons ensemble (AKATA)

Difficile de passer à coté de cette nouvelle série aux éditions Akata, en effet « Tant que nous serons ensemble », Saraba Yoki Hi  さらば、佳き日 en japonais, a des couvertures magnifiques qui respirent la tranquillité et la douceur.  Elles sont l’œuvre de Yuki AKANEDA également connue sous le nom de Yuki FUMINO a qui l’on doit le BL Hidamari ga Kikoeru chez IDP. Pas une inconnue donc mais pas non plus une autrice récente alors que son trait est déjà bien maitrisé. L’éditeur français présente le titre de la manière suivante: « Kei et Aki viennent d’emménager ensemble, tout le monde les voit comme un couple de jeune mariés mais c’est pour une autre raison qu’ils portent le même nom de famille…« 
Je vous laisse visionner le trailer qui vient d’arriver:

Le mystère reste entier

Tant que nous serons ensemble 01Je suis peut être la seule à penser que le doute plane encore sur la relation entre les deux héros, la faute à l’autrice qui met un point d’honneur à laisser flotter le doute, à installer une ambiance où tout doit se deviner à l’image du tabou de la situation.
Il n’existe pas beaucoup de moyen d’avoir le même nom de famille sans être marié, aussi on apprend rapidement que Kei et Aki sont frères et sœurs. Sont-ils dans une relation amoureuse ? Plus difficile à dire car jamais il n’y aura confirmation malgré un geste maladroit que l’on pourrait attribuer au domaine de la blague.
La faute à une introduction des personnages et de leur situation qui ne dure qu’un tiers du premier volume avant de passer à des flashbacks.

Tant que nous serons ensemble 02Au commencement

Retour à l’enfance, retour sur les moments où un amour est né, deux amours pour être précis, sur une relation frère et sœur particulière et pourtant tout est narré comme s’il s’agissait d’un non évènement. Vous n’aurez pas dans ce premier tome de réflexion sur une éventuelle morale de cette relation, ni de critique, ni de jugement, simplement une présentation comme on aurait pu le faire pour deux autres personnes sans lien particulier. C’est probablement ce qui rend ce titre si doux et poétique par moment, on comprend la difficulté de Kei qui réalise ses sentiments, mais cela aurait pu être pour une toute autre raison, le schéma est celui d’une romance presque classique. On en oublie ce lien familial et on s’attend a un twist qui dira qu’en réalité il n’y a pas de lien, de sang tout du moins. Il n’y aura probablement pas de twist.

Tant que nous serons ensemble 04L’autre facette

Le dernier tiers du manga est dédié à un autre flahback qui concerne une amie des héros, Tamaki. Elle vit seule avec son père depuis le départ de sa mère et cela ne se passe pas très bien. Ses camarades de classe manque de la prostituer pour de l’argent et au final elle se fait agresser sexuellement avant d’être sauvée in extremis.
Deux salles, deux ambiances.
Étonnamment, après avoir passé 2/3 de ce premier tome dans un univers de coton, tout en douceur compte tenu du sujet légèrement tendu, ce passage fait office de réveil matin plutôt efficace. Pourtant il y a vraiment des choses à raconter, et Tamaki apparait comme vivante, brillante par contraste avec les deux autres qui semblent ne pas vouloir laisser d’empreinte dans le monde.

Wrap up

Tant que nous serons ensemble 03

A l’image de sa splendide couverture, Tant que nous serons ensemble est un beau titre qui a beaucoup de chose à raconter par les faits, le dessin et des non dits. Il faut savoir observer des regards et des silences pour y sentir tout ce que l’autrice ne dit pas et ne dira peut être jamais. Personnellement rien ne nous dit dans ce premier tome que nos deux héros forment un couple même s’ils ne contredisent pas les gens. Il n’y a aucun geste foncièrement de tendresse alors qu’il y a beaucoup de tendresse dans leurs échanges. C’est ce qui m’a beaucoup plu en plus d’un dessin à la hauteur du propos, beaucoup de cadrages qui racontent plus qu’un texte, et un très bon découpages de planches. L’édition n’est pas en reste avec une couverture très douce et une sobre page couleur. Les onomatopées sont toutes adaptées ce qui est pour moi la quintessence d’un bon lettrage 🙂

Au final je conseille fortement ce titre qui se classe dans les meilleurs démarrage de l’année pour ma part. J’aime les sujets qui font réfléchir sans tomber dans le pathos. Aucune facilité ici, et malgré la poésie de la narration, on sent bien la pesanteur de la « réalité », les appels incessants non répondus, les absences. Il y a dans ces non dits l’angoisse de la réalité, Aki et Kei sont frère et sœur.

Tant que nous serons Ensemble, 5 tomes en cours
Tome 2 en français à sortir le 5 décembre 2019

Un commentaire sur “Review Manga – Tant que nous serons ensemble (AKATA)

  1. Pingback: Les Familles Extraordinaires | Cat'n Geek in Relative Land

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.