Restaurant Pascade – L’art de fêter la nouvelle année

Pascade 05

Quand on me demande si je connais de bons restaurants sur Paris, j’ai souvent des idées atypiques malheureusement exotiques. En fait je connais assez peu de bon restaurant de cuisine française qui méritent recommandation. En général je trouve que la gastronomie pèche sur la quantité et le prix (mon mari est un ogre), il n’y a guère que dans le quartier de Pigalle que je trouve de bonnes tables telles que Chez Toinette (si vous ne connaissez pas c’est normal, il est cependant 15eme sur Tripadvisor). Mais depuis un an, j’ai enfin une réponse que j’estime digne de ce nom et si vous cherchiez un restaurant sur Paris pour fêter la nouvelle année en famille ou avec des copains, cherchez plus, allez chez Pascade.

Pascade 01

Pascade quezako
Dit on « chez pascade » ? « A la Pascade », « Pascaderie », d’ailleurs féminin ou masculin, pire encore, c’est quoi au juste « Pascade » ?  Dixit le charmant serveur la première fois que je suis entrée bien par hasard, c’est une crêpe venant d’Aveyron. Crêpe est difficilement le terme à donner si vous regardez les photos, c’est plus épais mais la texture est assez moelleuse, et c’est en forme de bol dans lequel on y ajoute des ingrédients cuisinés séparément. Le tout peut être sucré ou salé, mais la Pascade reste subtilement sucrée, rien de dérangeant au palais, je trouve que ça se marie bien en général mais si vous avez un soucis avec sucré/salé ça peut peut être gêner. Contrairement à une tarte où l’on rechigne à manger la pâte, surtout sur les bords parce que c’est sec ou sans saveur, je peux vous dire que les assiettes repartent bien vides à la fin du repas.

Pascade 02

Mon plat du jour, cabillaud étuvé, mozarella, creme de volaille …

Un univers bien pensé
Pourquoi je suis rentrée dans ce restaurant près d’Opéra en passant devant ? Déjà parce que coté deco, c’est la classe, une sorte de design moderne avec des matériaux traditionnels, bois, fer. Le tout se veut assez proche d’un bar à vin, aussi il y a de grands verres bien alignés partout, ça fait chic sans être bourgeois, quelque part ça me fait penser à des émissions comme Master Chef. Même les serveurs sont habillés comme s’ils sortaient de la cuisine, et le pire c’est qu’ils s’y connaissent tous aussi bien en pascade qu’en vin. Le plus amusant je pense ce sont les couverts qui arrivent dans une sorte de tube en fer, une excellente idée qui doit bien faciliter le service. Bref un univers vraiment agréable qui contribue à passer un bon moment. Il y a des tables individuelles, mais le restaurant est traversé par une longue table haute pour de nombreux convives.

Pascade 06

Le prix de la qualité
Je trouve que le restaurant a un bon rapport qualité/prix, mais comme la qualité est bonne, forcément le prix sera à la hauteur. Il faut compter 20€ pour le plat, dans le genre « plat qui cale », je suis une gourmande mais j’ai du mal à prendre un dessert là-bas, après ça peut varier pour les personnes. Les desserts sont vers 10€, même taille et quantité que le plat. Là ou le prix monte très très vite c’est le vin, il n’y a que de très bonnes bouteilles, aussi ça vous en coutera facilement la moitié de la note. Au final, ce n’est peut être pas un restaurant qui sera votre nouvelle cantine du midi mais pour un premier rendez-vous ou un déjeuner d’affaire Pascade est parfait. A noter que le service est rapide même en salle comble.

Pascade 04

Attention la carte varie souvent

Au final je suis ravie de cette adresse (des fois qu’on aurait pas remarqué), je trouve que ça change et Paris manque d’endroit raffiné pour des bourses plus modeste que les clients de l’hôtel Hyatt par exemple. De plus la cuisine est originale et saine, critère de choix pour moi, faut des plats équilibrés ! Et je suis particulièrement sensible à l’ambiance et surtout les serveurs, j’en ai un peu marre d’avoir des incultes qui tirent la gueule même dans de grandes maisons, il est temps que la capitale change sur ce point.

Si vous connaissez ce restaurant ou si vous y allez à la suite de cet article, laissez un commentaire 🙂

Pascade: 14, rue Daunou, 75002 Paris
http://pascade-alexandre-bourdas.com (réservation en ligne possible)

Si vous avez aimé cet article n’oubliez pas de voter ou de m’ajouter en abonnement sur Hellocoton ^^ Rendez-vous sur Hellocoton !

Alexandre Bourdas l'homme derrière la Pascade.

Alexandre Bourdas le chef derrière la Pascade.

Publicités

Saint-Honoré Paris « Chocolats & Vins » – Délice du palais

J’ai toujours été entourée de produits fins, que ce soit les spiritueux ou la gastronomie, et ce n’est pas ma cave qui regorge de champagne qui vous dira le contraire, ou bien le fait que je possède moi-même une brasserie. Il se trouve simplement qu’en France et d’autant plus vrai à Paris avec ses célèbres restaurants, on apprécie volontiers le travail des artisans qu’ils soient dans les mets sucrés, salés ou tout simplement dans la boisson.

Autant vous dire que lorsqu’on a la possibilité d’assister à l’inauguration d’une boutique à laquelle a collaboré Yves Thuriès, Maître Chocolatier doublement Meilleur Ouvrier de France, c’est plus qu’une chance, c’est un honneur. Me voilà donc à la conquête d’un quartier qui fut mien voilà quelques années, le 1er arrondissement et sa célèbre rue Saint-Honoré, pour l’ouverture d’une nouvelle adresse à connaître. En entrant on découvre rapidement le concept de « Chocolats & Vins » : c’est de véhiculer par ses vins et chocolats d’exception le savoir faire à la Française, et moi ce programme me tente énormément !!

Comme le titre de mon blog l’indique, je suis parisienne, physiquement certes, mais aussi d’esprit, dans le sens où j’aime Paris, la France et ses valeurs, chose fort rare il parait, moi j’adore les touristes, parce que je suis fière de ce qu’ils peuvent découvrir en venant ici. Quelque part on vend du rêve et j’aime y contribuer, aussi quand on me dit que la boutique « Chocolats & Vins » est une entreprise artisanale et familiale au service de ce qu’on fait de mieux (oui, ne cherchez pas, le vendredi soir, quand t’es bien morte, une bonne bouteille et une boite de chocolat devant un navet chez M6 ça te refait une femme !) autant vous dire que j’ai des étoiles dans les yeux.
Et ce n’est pas la clientèle fortement asiatique qui me contredira, quand on vient à Paris, c’est clairement pour trouver ce genre de boutique, c’est typiquement la tradition familiale du luxe et de l’exceptionnel (notez que l’on peut aller dans ce type d’endroit même sans forcément être bobo ou consœur, je n’ai rien d’une truffe dorée mais cela ne m’empêche pas, moi aussi, de rêver dans la capitale ^^ ) .

Bon et sinon concrètement ça donne quoi ? Ma foi c’est une petite boutique qui s’ouvre comme un coffret précieux et ce qu’elle a à proposer est tout aussi merveilleux. Coté chocolat donc, des créations originales, des associations fleuries qui m’ont beaucoup plus (rose, violette), néanmoins je suis beaucoup plus praline que ganache. Je précise que je me suis permise de fermer les yeux et d’y aller au hasard pour découvrir les saveurs. Il est évident que si vous voulez faire un cadeau de Noel, vous devez faire attention à votre choix de chocolat 🙂
Coté vin ensuite, contrairement à son standing, « Chocolats & Vins » a fait le pari de se concentrer sur des viticulteurs peu connus afin de ne pas se focaliser sur un gout, un palais mais plus sur les valeurs globales des domaines, ainsi histoire ou le principe d’exploitation ont autant misé dans le choix que le nom.

Au final en ces débuts de fête de fin d’année, si vous devez participer à des soirées et que vous ne savez pas quoi ramener, je vous suggère de passer dans cette boutique pour choisir un chocolat et un vin qui se mariera parfaitement avec, c’est l’assurance de faire un cadeau qui plaira en tout circonstance (sauf si vous avez un frangin qui ne boit pas d’alcool comme moi auquel cas il faut doubler la ration de chocolat)
Pour ma part je craignais que la boutique soit étouffée de Naphtaline mais il s’en dégage beaucoup de luminosité et les conseils sont aussi affutés qu’avisés, bref, on peut y aller en total novice et arriver à repartir avec quelque chose qui nous correspond.

Gageons que le concept de « Chocolats & Vins » saura trouver sa place ainsi que sa clientèle ! Et voilà donc mon tout premier billet sur une saga de découverte pour les fêtes. Bon salivage à tous sur les photos ❤

1688 Grand Rosé

Il aurait bien fallu un concours pour que je m’intéresse à une nouvelle curiosité gustative: le 1688 Grand Rosé.
Jusque là, pas de quoi pavoiser, déjà parce que chez moi les boissons avec une date s’apparente plus facilement à de la bière, ensuite parce que le rosé à beau être féminin, j’ai juste l’impression de boire plus sucré et surtout, cette boisson est sans alcool. Jusqu’à preuve du contraire, le dernier en date qui a tenté l’expérience a plutôt mis en avant le coté « sans alcool la fête est plus folle » en ciblant clairement les enfants. Mais bon voilà nous sommes en 2011 et s’il y a bien une chose que l’on diabolise après les clopes, c’est bien l’alcool (à juste titre d’ailleurs, si vous n’avez pas encore votre nuit « blackout », repassez vous le film « Very Bad trip »  – the hangover de son nom d’origine- pour remettre les points sur les i )
Donc l’idée de faire une boisson « grand cru » sans alcool est peut être une bonne piste, surtout si on en fait la com principalement auprès des nanas, car soyons honnête, hormis les soirées où volant rime avec abstinence, il existe bien 9 mois qui interdise formellement tout ingestion de boisson alcoolisée pour toute la gent féminine.

Bon et sinon dans les faits ça donne quoi ?

La bouteille est vraiment belle

La bouteille est superbe, ça pour le coup quand vous la sortez, ça fait tout de suite beaucoup plus sérieux que le pack de coca ou le jus de fruit, ensuite dans le verre l’illusion est presque parfaite, couleur légèrement teintée, bulles, si on met le tout dans une jolie flute, c’est sur, on pourrait croire à du champagne.
Coté gout en revanche, ce n’est pas une révolution, on se rapproche nettement d’un bon vieux CanadaDry mais en moins sucré et en plus léger coté bulle (qu’on se le dise, je ne suis pas une fine bouche des vins et champagne)
Résultat des courses, une boisson fraiche, très fraiche et drôlement sympa à boire (je me suis resservie) et là tout d’un coup, la liste de mes amis abonnés absents du champagne faitirruption dans ma tête, ils ont toujours été si nombreux ?

A 13.80€ la bouteille en tout cas, c’est décidé, désormais j’aurais un ptit stock afin d’en finir une bonne fois pour toute avec les clans ennemis, flute VS verre de jus de fruit.
On trinquera désormais tous à arme égal, parole de parisienne !

Merci au blog des paresseuses de m’avoir permise de goûter à ce grand cru, et sans sucre ajouté s’il vous plait !

Le but du concours était de partager une recette de cocktail, voici la mienne :3

Bon comme on met les mamans à la fête, une recette simple, à faire chez soi et surtout sans alcool.

Tout d’abord, prenez un mari (un amant peut faire l’affaire s’il est le père de l’enfant), ajoutez y trois fraises, secouez de la chantilly et dosez à l’humeur.
Prenez ensuite votre smoothie préféré (à faire acheter par le dit mari/amant avant de se lancer dans la recette), déposez une maxi paille dedans (50 bon centimètre).

Finissez la touche magique en saupoudrant un peu de chocolat noir amer, il ne vous reste plus qu’à vous allonger a coté de lui, mettre les feux de l’amour et déguster tranquillement votre boisson en utilisant vos doigts pour attraper/lécher les accompagnements (idée de mixage la chantilly et le mari/amant ou bien la fraise et le chocolat).

Note de paresseuse: en cas de réveil de la bête, ne pas oublier que les feux de l’amour c’est sacré, et que des glaçons dans le caleçon ont toujours été du plus bel effet à défaut de refroidir la boisson.

Bon et sinon, qu’on se le dise, la boisson c’est avec modération ❤