Bref, j’ai commencé une nouvelle série

En ce moment la mode semble être au format sketch, entre Scènes de Ménage qui avait fait un carton, Soda cet été avec Kev’ Adams voilà que Canal+ ajoute une mini série dans la nouvelle formule de son Grand Journal. « Bref » car c’est là son titre est donc une série dont les épisodes durent en moyenne 120 secondes générique compris, oui c’est très bref me direz vous, mais c’est nettement suffisant pour obtenir justement le petit effet comique recherché. En tout cas on en redemande, depuis la rentrée c’est LE phénomène à voir, tout le monde en parle et si vous ne vous y êtes pas encore mis, pas de panique vous avez le temps de rattraper les épisodes (qui paraissent à raison d’un par jour).

Bref c’est l’histoire d’un gars, un mec comme on en connait dix, pas spécialement beau, pas spécialement moche, une situation familiale et personnelle à la limite de la loose, pas à l’aise avec les filles, toujours dans des plans un peu craignos, mais sympathique malgré tout. Quelqu’un d’assez quelconque pour qu’on se sente concerné par ce qui lui arrive, on se dit facilement qu’on a déjà vécu le même plan ou qu’on a pensé la même chose dans la même situation. Et comment on le sait ? Et bien c’est grâce à la voix off du protagoniste, elle fait rapidement le cheminement entre ce qui est dit « Au revoir bonne soirée » et ce qu’il pense en réalité « va te faire enculer » … un décalage qui vous fera sourire plus d’une fois.

Finalement avec cette voix off et cet enchainement super rapide (normal, on peut passer d’une pensée à une autre très rapidement) le tout me fait penser à l’intro de Trainspotting, avec un soupçon d’Amélie Poulain en beaucoup plus trash forcément. Un format que je trouve vraiment attrayant et vu le succès de l’un et l’autre film on peut dire que les voix de nos consciences ont encore de beaux jours devant elles. Qui n’a jamais rêvé d’entendre à haute voix ce que pensent les autres  ? De plus le coté scénette rapide permet de pas perdre de souffle et d’avoir un vrai flot continue sans interruption jusqu’au « bref … »

Bref est une série à voir avec des gens pas toujours connus du grand public mais qui méritent de l’être, a commencer par son héros qui également l’auteur de cette merveille, une fraicheur qui fait plaisir à voir. Je ne pense pas qu’il s’attendait à un succès pareil, en tout cas depuis le début le niveau est très bon et même s’il arrivait qu’un épisode vous parle moins qu’un autre, ça n’est que 120 secondes, vite oublié.

Pour l’instant « l’intrigue » semble se focaliser sur des scénettes type « vie quotidienne » qu’on croirait digne du site « tutoriel.com »

  1. J’ai dragué cette fille (29.08.2011)
  2. Je remets tout à demain (30.08.2011)
  3. Je me suis préparé pour un rendez-vous (01.09.2011)
  4. J’ai passé un entretien d’embauche (05.09.2011)
  5. J’ai fait un repas de famille (07.09.2011)
  6. J’ai traîné sur internet (08.09.2011)
  7. Je joue de la guitare (12.09.2011)
  8. J’ai vu un psy (13.09.2011)

vivement la suite !

 

 

Publicités

Spectacle « très très haut débit » par Olivier de Benoist

L’intérêt des prolongations, c’est bien de pouvoir aller à un spectacle qu’on ne connait pas, d’un gars dont on avait jamais entendu parler et d’être agréablement surpris par le résultat. Pourtant Olivier de Benoist n’est pas un inconnu, j’ai quelques uns de ses sketchs dans mon itunes il a d’ailleurs un style assez reconnaissable qu’il use et abuse pour notre plus grand plaisir. De plus c’est un artiste qui monte puisqu’on a pu le voit dans l’émission « On n’demande qu’à en rire » sur France 2 avec Laurent Ruquier. gageons que la prolongation de son spectacle ne peut que confirmer son intérêt.

Les lumières s’éteignent, l’humoriste apparait et c’est parti pour plus d’une heure de rire jusqu’au larme sur le thème fétiche « les relations hommes femmes », je pense sincèrement qu’il fait parti des personnes qui peuvent faire rire sur tous les sujets. Alors certes il n’est pas tendre avec les femmes, mais je dois reconnaître que sa vision de notre sac à main est tout à fait réaliste 😀 Néanmoins je proteste sur un point, le miens fait dans les 20 kg et non 50 !! Non sérieusement, même le coup de l’énoooorme trousse à maquillage « pour les retouches » est vrai …
A croire qu’il nous a étudié de près l’animal, il y a des phrases bien placées, des tournures qui m’ont fait hurlé de rire aussi, heureusement les hommes en prennent aussi un peu pour leur grade, le mien a rigolé particulièrement sur le passage du mariage (salaw) « le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous » 😀

Mais ce qu’on remarque surtout c’est le suuuuuper haut débit de parole d’Olivier de Benoist, c’est dingue la vitesse à laquelle il va, et le pire c’est qu’on comprend tout, le tout saupoudré de petits tours de magie sans prétention « j’ai fait ça deux ans, faut que ça serve !! », un spectacle varié donc où l’on ne s’ennuie pas. D’ailleurs il le veut « interactif », le spectateur étant régulièrement sollicité pour alimenter l’ambiance et les sketchs.

J’aime beaucoup son effet « journal de bord » je reconnais pour ma part une inspiration de Olivier de Luis Rego qui avait lui aussi fait un sketch de ce genre avec le même type d’intonation monocorde et rapide. On peut retrouver sur Youtube pas mal de ses passages dans l’émission « On n’demande qu’à en rire » ou il fait un peu l’actualité, par exemple le journal de bord de DSK.

Bref un spectacle à voir, dans une salle très sympathique ou on est bien placé où qu’on soit. Si vous voulez rire et passer un bon moment, suivez l’artiste !
A noter qu’il met dedans quelques sketch qu’on a déjà vu néanmoins pour avoir vu plusieurs vidéos, il adapte selon le public à chaque fois.

L’Européen
Salle de spectacle( ~ 350 places)
5, rue Biot,
75017   Paris