Stoli & Stilettos – Once upon a drink

S’il y a bien une chose que je déteste, c’est de ne pas pouvoir écrire quand je veux et avec le double de taff depuis quelques mois ça devient pas évident, maaais tenons bon \o/
Lundi dernier donc, non pas cette semaine, la semaine d’avant … sigh … j’ai participé à une soirée vraiment sympa. Déjà ça se passait dans un quartier que j’aime beaucoup, Saint Michel (parce que j’y ai mes cours de violon, parce qu’il y a la boutique Hayaku Shop et Un Dimanche à Paris dont je vous avais déjà parlé). Le rendez-vous se trouve sur le toit de Paris, comprenez une terrasse très haute qui domine toute la ville, malheureusement le temps n’étant pas de la partie nous avons du redescendre pour profiter d’un atelier un peu particulier. Connaissez-vous l’art de la mixologie ? Non ? Et bien laissez Stolichnaya et moi-même vous faire un petit cours:

Une belle vue ça ouvre toujours l’appétit

Histoire de contrebande
Au début du siècle dernier alors que la contrebande d’alcool frelaté devient assez prospère, les barmen trouvent le moyen de cacher leur médiocrité en les associant avec des jus de fruit. Il n’en fallu pas plus pour créer un art, la mixologie qui consiste simplement à créer des cocktails en suivant, ou pas, certains principes tels que le fameux 3S (Sour, Sugar, Strong / Acidité, Sucre, Alcool). A la manière que l’on créé des parfums ou encore des recettes de cuisine, les cocktails se déclinent à l’infini et peuvent parfois donner lieu à des créations vraiment originales et sympathiques. L’hôte de notre soirée, Mathieu Le Feuvrier, qui travaille au Quarante-trois Cocktail Bar m’a par exemple bluffé d’entrée de jeu avec un mélange Basilique, Menthe, Midori et sirop de concombre, le tout pour un gout super frais, assez sucré et qui nous a permis de nous lancer dans notre propre confection.

Cocktail au Midori par Mathieu Le Feuvrier

Mon cocktail « parisienne »
Ma meilleure amie n’aime pas l’alcool qu’elle trouve souvent trop fort, j’ai donc l’habitude des boissons particulièrement sucrées. En résultat mes premiers essais étaient plutôt chargés, pourtant c’était pas les éléments qui manquaient: fruits, épices, sirop, jus de fruit, plusieurs variante de la vodka Stolichnaya (dont leur super collector fraise/chocolat) j’avais même les ustensiles de pro, shaker, pilon, filtre passoire… tout y était. Personnellement pour mes cocktails je pars toujours sur une idée de gout car … je n’ai pas d’odorat. Je suis donc obligée soit de faire des exercices de gout, soit de sentir au préalable tout ce qui passe 😀 En général j’en profite pour trouver un élément qui sera la matière principale et je cherche avec quoi je le marie. Il vaut mieux commencer au plus sucré et finir par l’alcool, car en cas de loupé jeter un jus de fruit est plus aisé qu’un bon verre de plus il est TRES facile de trop doser si on ajoute l’élément sucré en dernier.

Cocktail « Parisienne »

Parisienne a donc été créé à base de basilique, quelques feuilles de menthe pour rehausser la fraicheur, quelques morceaux de fraise (pas trop, c’est fort en gout) et du sirop de framboise pour lier le tout. Ensuite on pilonne allégrement et on filtre dans un verre qu’on aura au préalable rempli de glaçon pour le refroidir, on rempli ensuite de Stolichnaya fraise/chocolat et voilà 🙂 vous avez un cocktail assez frais mais avec une teneur en fruit rouge subtile et en fond ce ptit gout de liqueur chocolatée.

Stoli-what ?
Stolichnaya, elle est a la vodka ce que Johnnie Walker est au whisky, c’est une très bonne marque, rien a voir avec ce qu’on vous sert habituellement en soirée ou en boite. Elle a un gout assez prononcé donc la mélanger est un vrai plaisir, rien a voir avec les autres qui servent plus à alcooliser qu’à parfumer. Dans le milieu elle est connue et reconnue, notamment pour sa qualité, quelque part on peut dire qu’elle rend ses lettres de noblesse à la Vodka dont l’étiquette « contrebande » colle à la peau. Si jamais l’aventure de la mixologie vous intéresse, je vous la recommande chaudement, notamment parce que la vodka reste l’ingrédient préféré des cocktails et ensuite parce que pour avoir de bons resultats il faut du bon matos (je recommande donc également un shaker et un pilon, c’est la base).

Pleins de choses pour accompagner la stolichnaya

Si l’inspiration vous manque, Saint Michel est le lieu pour les cocktails, c’est là que se trouve les bars les plus intéressants et souvent bien planqués. Le Quarante-trois Cocktail Bar se trouve dans l’hôtel Holiday Inn (4 rue Danton). Le personnel est à votre écoute et n’hésite pas à vous présenter leurs créations qui sont régulièrement mise à jour. Et puis si l’envie vous dit, pourquoi ne pas demander une création originale, tentez la Stolichnaya il y en a pour tous les gouts, citron, vanille, piment … Pour ma part cette marque a désormais sa place dans ma brasserie ^^ et dans ma réserve personnelle héhéhé

Si vous avez des idées de cocktails, n’hésitez pas à en faire part en commentaire, quand à moi je m’en vais partager mes recettes préférées sur la fanpage du blog, see you there !
Merci à Mathieu Le Feuvrier et au 43 Bar pour m’avoir donner énormément de conseils, et Louise pour son invitation ce fut un plaisir de te rencontrer enfin ^^

Vous désirez connaître Stolichnaya ou aller au 43 Bar ? Oubliez pas de cliquer pour partager !Rendez-vous sur Hellocoton !

Mathieu Le Feuvrier

Publicités

Dernier Bar avant la Fin du Monde – Le nouveau pied a terre des Geek

On a beau crier sur le communautarisme, il n’y a rien de plus agréable que de se retrouver entre personne partageant la même passion, les mêmes délires. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai fréquenté la boutique Tonkam (paix à son âme) religieusement pendant tous les samedis de mon adolescence. Après à plus grande échelle on avait les conventions, et avant Internet c’était vraiment les seuls endroits où l’on pouvait se sentir « compris » et accepté. Aujourd’hui les sites web d’otaku/geek/gamer et consœurs pullulent, tous ces noms barbares sont devenus trending, le monoprix du coin propose le dernier Naruto et la masse populaire a enfin découvert Docteur Who.
Malgré tout, les contacts humains manquent, personnellement je ne fréquente plus de boutique bondée (je vais à Hayaku Shop en soirée <3), je ne vais plus en convention quand à ma fréquentation de forum elle s’est pas mal amenuisée avec Facebook. Du coup, l’ouverture d’un bar otaku/geek/gamer en plein Paris, ça sonne vraiment comme une terre nouvelle pleine de promesses.

Crédit photo: http://www.afjv.com/ car soucis de tof ._.

Ze lieu
Le bar est situé à Chatelet, autrement dit au cœur de la ville, facile d’accès dans une rue super grande mais très calme. Ce qui choque en arrivant la première fois c’est l’espace assez important, je m’attendais à une planque de nain, je me retrouve avec une impression de vaisseau spatial. Et que dire de la déco, on se croirait réellement dans le lieu tiré du Guide du Voyageur Intergalactique, c’est vraiment réussi et l’ambiance du coup est déjà bien plantée sans même commencer. On a une bibliothèque, de grands fauteuils, une immense terrasse et même depuis peu, un sous-sol histoire de réussir à assoir la foule de curieux qui a répondu présent pour ce mois d’inauguration. Une vraie réussite donc qui vous permettra d’apprécier ce bar même en venant seul, de toute façon je pense qu’il y a toujours moyen de s’incruster à une table de jeu, ou tout simplement parce que si vous fréquentez un peu le milieu, il y a forcément une tête que vous connaissez. Même les toilettes des hommes intègrent une forme de jeux vidéo (et là je hurle au sexisme, et nous alors ? On peut pas faire pipi dans une urne Mario Bros ?). Bref, une foule de référence donc qui trouvera forcément écho dans le passionné qui est en vous.

Un monde mal géré
On est à l’ouverture, tout le monde parle du lieu, blog, site web, reportage, une belle pub pour un lieu unique, il est donc normal d’avoir du monde. Personnellement j’ai pas eu de chance vendredi c’était bondé, soirée spéciale oblige. Je me suis donc rapatriée sur un autre bar du coin (ça n’en manque pas). Vous me direz, c’est bien la première fois que je dois rebrousser chemin, mais c’est normal, dans ce bar, tu ne peux pas boire … au bar ! Il faut forcément être assis, du coup même s’il y a des tables sans chaises (parce que pris par une autre table) on ne peut quand même pas prendre son verre et le poser dessus. Ce système comporte un gros désavantage, du coup ils sont obligés de refuser du monde alors qu’on peut très bien se tenir debout avec nos verres, ou même profiter de l’énorme bar en zinc (après coté service faut pouvoir suivre salle + bar). Et c’est là le second point qui m’a gêné, j’y suis allée en après-midi, il n’y avait pas grand monde pourtant la serveuse (charmante cela dit passant) a mis 25mn pour venir me voir (après 3 coucou désespérés de ma part). J’ai une brasserie donc le service je connais un peu, je ne comprends pas comment ils peuvent être débordés avec si peu de monde, surtout qu’on voyait les 4/5 serveurs attendre au bar que ça se passe de leur côté. C’est normal d’avoir des rangs attribués, mais si on voit quelqu’un en galère faut l’aider hein, et la pauvre serveuse clairement, ça se passait pas génial.

Crédit photo: http://www.afjv.com/ car soucis de tof ._.

Et la boisson dans tout ça
Qui dit bar dit quand même boisson et parfois nourriture. La carte est agréablement bien fournie, il y a un choix assez importants d’alcool (même de l’absinthe, même si j’ai pas vu la fontaine qui va avec ;D) et de soft. En insistant un peu j’ai pu voir la carte des cocktails qui est également copieuse avec des noms qui feront sourire tout le monde « Bankai » « SithLord ». Derrière ces noms se cachent quand même de grands classiques revisités et si l’idée me parait vraiment bien, la réalité est assez pauvre. J’ai testé deux cocktails, ils n’avaient quasiment aucun gout sinon celui de l’alcool, un mauvais dosage donc qui m’aura couté 12€ quand même. Le second était déjà plus intéressant (un 42) mais second bat qui blesse, c’est quoi ces quantités ? En fait les cocktails sont servis dans des verres a Martini (les jolis triangulaires), sauf qu’une dose de martini c’est 6cl environ, donc là on doit tourner dans les 18/20cl, ça fait vraiment peu pour le prix. Heureusement le bar semble se rattraper sur la nourriture, il n’y pas énormément de choix mais les prix me semblent correctes et pour avoir aperçu quelques plats et tapas, c’était pas mal du tout. Clairement la prochaine fois je prendrais une bière (6€ la pinte). Et qu’on vienne pas me dire que ce sont les prix d’un bar a cocktail ou d’un bar a Chatelet hein, pour commencer un cocktail c’est 7/10€ max et encore, juste à côté j’ai eu ma caipi à 6€ (pour le double de quantité)

Crédit photo: http://www.afjv.com/ car soucis de tof ._.

Animation et rencontre

L’avantage du lieu c’est qu’il y a foule de chose à faire, pour commencer vous pouvez profiter du WIFI, il y a également des jeux de société/cartes/autres disponibles pour les clients en libre-service, ne soyez donc pas étonné de voir des gens jouer au milieu de leur verres. Enfin il y a de nombreuses rencontres avec des dessinateurs, des gens connus issus du monde de l’animation ou des nouvelles technologies. Le bar est pour le moment vivant est c’est une plus-value qui fera vite oublier les côtés négatifs soulignés plus haut. Coté service d’ailleurs j’ai trouvé les personnes plutôt sympathiques, en adéquation avec le lieu, même si particulièrement « sous l’eau », cependant après avoir commandé, j’ai eu mes boissons quasi immédiatement, c’est surement ça le problème, va falloir apprendre les commandes groupées sinon bonjour les allés/retours. Là pour l’été il semblerait que des musiciens viennent jouer (bien sur des airs connus de film et de DA) j’en salive d’avance même si le monde me rebute un peu, mais bon va falloir s’organiser pour arriver tôt, avoir des places et tout. Je suis particulièrement enthousiaste sur les futures programmations de rencontre.

Conclusion plutôt positive
Clairement l’histoire des prix me chiffonne, j’ai testé pour voir, pour le fun des noms, mais clairement je reprendrais pas. Une bonne bière fera l’affaire avec surement de la nourriture qui semble bien mieux adaptée au lieu. Le monde c’est normal, c’est un effet de mode, suffit de venir à des horaires un peu décalés et ça se passe très bien. D’une façon générale j’adore l’ambiance, mon voisin la dernière fois montrait a son ami sa dernière acquisition: un sabre laser, franchement ou dans paris tu trouves un voisin de table comme ça ? Enfin un lieu toujours bondé sur foursquare, un lieu où tu peux interpeler des gens en disant « hey j’aime ton t-shirt, ton téléphone, tes nekomimi ». Un lieu à la rencontre entre otaku, gamer, scifi, nerd, geek, passionné tout simplement, toute une génération donc, une génération très agréable qui a désormais son pied à terre, son no-serious home.
Je dis donc bienvenue au dernier bar avant la fin du monde, les problèmes du départ seront probablement réglés, il faut savoir être exigeant mais patient et j’ai jusqu’en décembre 2012 pour voir venir 🙂

Merci de cliquer si vous avez aimé cet article, cela m’encourage _o/Rendez-vous sur Hellocoton !

http://www.dernierbar.com/
19, avenue Victoria 75001 Paris
métro Châtelet (sortie Théâtre du Châtelet)
Ouvert du Mardi au dimanche de 10h à minuit

Un Dimanche à Paris – Chocolate tribute

Donc ces derniers jours, ma vie s’est résumée en un seul mot « Chocolat », que ce soit les Kinder offerts par les collegues, ceux de New York rapportés par un de leur voyage, ou encore les restes d’offrande de Noël.
Mais alors que je pensais cette crise passagère, voilà que je vois passer sur facebook une invitation pour une « Soirée Éphémère » un concept que j’apprécie tout particulièrement (cf mon état d’esprit sur le temps qui passe). On nous propose alors de découvrir des cocktails inspirée des délicieuses pâtisseries de Quentin Bailly ( capitaine de l’équipe de France de pâtisserie).

La partie boutique propose de jolies créations

Honnêtement c’était un mercredi et ce jour-là je défis toutes les lois universelles de Paris en tentant de me déplacer avec mon étui à violon, je n’étais donc pas très enthousiaste à l’idée de le trimbaler plus que de coutume (le pauvre a déjà fait des soirées, des cinés, même un théatre …). Mais bon, le hasard voulu que cette dégustation se passe à Odeon, juste à trois rues de là où je prends mes cours, si c’est pas un signe du destin, je ne m’y connais pas !

Je propose donc à ma BFF de Sophie de m’accompagner et nous affrontons un vent de sibérie pour venir découvrir « Un Dimanche A Paris« , le genre de lieu, si t’as pas l’adresse, tu trouves pas vraiment, mais paradoxalement, t’as pas envie que d’autres le trouve tellement il est bien. Situé dans une de ces rues de la capitale qui te font dire que vraiment Paris regorge encore des surprises même pour ses habitants, ce restaurant-bar-lounge-boutique est une ode au chocolat et à la découverte.

Le bar-Lounge vous invite grandement à rester au chaud

N’ayant pas un odorat très developpé ni un palais particulier, on pourrait s’attendre à ce que ce genre de chose me laisse de marbre, que nenni, je peux encore comparer et surtout apprécier l’originalité de ce que je goute. En l’occurence la carte éphèmere de ce soir là était donc à base de cocktails chocolatés certes, mais avec un gout très fin de patisserie, un savant mélange donc. Que celui qui pense ne jamais pouvoir manger un plat à base de cacao leve la main et prenne un ticket d’entrée immédiatement, y’a de quoi faire tomber des murs ici !

Car le secret de la réussite de cet endroit, hormis l’ambiance feutrée, veloutée, c’est donc le chocolat, moi je dirais plutôt le cacao. En tout cas tout fut parfait, que ce soit la présentation des cocktails, la qualité du service, les fauteils moelleux à souhait, j’ai été vraiment très surprise de trouver un tel lieu dans une ruelle où je passe toutes les semaines.
Ce soir là on a pas « diné » bien que la carte faisait envie, par contre j’ai donc pris un Soufflé au Chocolat (oui le fameux soufflé de mon dernier billet) flambé à l’Armagnac avec une glace thé vert/menthe … un délice.

Je précise qu'en vrai il est assez grand, pres de 20cm de diametre

Je suis contente d’avoir trouvé un nouveau lieu où me poser, il est toujours agréable d’avoir des bar-lounge d’un certain standing sans être complètement hermétique, Un Dimanche A Paris est résoluement luxueux sans être inabordable comme de nombreux autres. La carte ce soir là tournait les coktails dans les 15€, mon dessert était également dans ces eaux là. C’est quasiment les même prix que le Grand Café à Opera, mais la qualité, et le service sont largement deux crans au dessus.

A faire si vous n’avez pas d’idée pour la Saint Valentin ^^ je pense que ça ferait un très bel endroit où emmener votre compagne/compagnon (attention cependant, il faut être légèrement aventureux pour gouter la carte qui est entièrement à base de cacao, même les plats salés, c’est très bon, mais faut pas avoir peur de se lancer)

Nos Cocktails, un Eden Pear et Red Line

Si vous avez aimé cet article n’oubliez pas de voter ou de m’ajouter en abonnement sur Hellocoton ^^
Rendez-vous sur Hellocoton !